Maucaillou

Le Château Maucaillou

La bâtisse du Château Maucaillou est répertoriée dans la Collection inventaire «Château Bordeaux».

En 1875, J. Petit-Laroche se marie, et offre à sa femme en cadeau de mariage, la construction d’une belle demeure bourgeoise en face de ses caves médocaines : le Château actuel. Les travaux ont été réalisés par les frères Marian, entrepreneurs à Moulis.

C’est un étrange et audacieux mélange architectural qui semble marier plusieurs styles, à l’image du vin du Médoc qui est issu de l’assemblage de plusieurs cépages.

La surabondance du décor, qui veut évoquer à la fois la Renaissance, le milieu et la fin du XVIIème siècle, font de cette construction un excellent exemple de l’architecture éclectique qui fleurit en Médoc à la fin du XIXème, avant les crises que le vignoble a pu connaître par la suite (Phylloxera, mildiou , …).

Collection inventaire « Châteaux Bordeaux »

La bâtisse du Château MAUCAILLOU est répertoriée dans la Collection inventaire «CHÂTEAUX BORDEAUX».

Simultanément, J. Petit-Laroche constitue aux lieux dits «MAUCAILLOU» et «CAUBET», sur un hectare et demi, un nouveau domaine viticole qui prendra le nom de Château MAUCAILLOU.

«MAUCAILLOU» signifie «mauvais cailloux», au sens où l’entendaient les agriculteurs du moyen âge, car ce genre de parcelles de terre graveleuse était impropre à toute culture céréalière, principale source de survie à l’époque. Par la suite, on s’est rendu compte que ces croupes de graves constituaient un terroir de prédilection pour les vignobles de haute expression.

Ainsi est né MAUCAILLOU, un château viticole bourré de talents, puisque ses vins ne cessent depuis 1889 d’être régulièrement à l’honneur, dans le monde entier, lors de concours et de «dégustations à l’aveugle» entre professionnels.

Philosophie

La philosophie du Château MAUCAILLOU peut se résumer dans cette maxime :

«Grand Cru Classé, ne puis,
Cru Bourgeois, ne daigne,
Château MAUCAILLOU, suis.»

Philippe Dourthe.

Certains esprits chagrins penseront à tord que cette maxime est un simple plagiat de celle clamée par le regretté Philippe de Rothschild pour son Château Mouton Rothschild, avant le reclassement de ce dernier en 1972, de la seconde à la première place dans la hiérarchie des Grands Crus Classés du Médoc.

«Grand Cru Classé, ne puis» : Le Château MAUCAILLOU ne pourra jamais accéder au Classement de 1855 des Grands Crus du Médoc, pour la simple raison que ce Classement reste immuable depuis sa création, et que le Château MAUCAILLOU n’a vu le jour qu’en 1875. En effet, le Syndicat des Crus Classés n’a jamais accepté l’entrée d’un nouveau membre dans le Classement officiel de 1855.

C’est vraiment dommage pour le Château MAUCAILLOU, car de nombreux écrivains du Vin l’assimilent assez régulièrement à un cru Classé du Médoc en 1855 (Voir la rubrique «On en parle»).

«Cru Bourgeois, ne daigne» : Le Château MAUCAILLOU a été officiellement classé «Cru Bourgeois» en 1932. Toujours désireux de faire partie d’une classification sérieuse, et non partisane, le Château MAUCAILLOU a renié le Classement des Crus Bourgeois de 2003, qui a d’ailleurs été officiellement annulé par la suite.

«Château MAUCAILLOU, suis» , car le Château MAUCAILLOU reste et doit toujours rester ce Cru d’exception qui est apprécié dans le monde entier, et qui, finalement, n’a peut-être pas un réel besoin de figurer dans un nouveau classement intermédiaire pour assurer sa réputation et sa promotion.

Maucaillou

Le Château Maucaillou